Historique

C'était en novembre 1927...

La zone de RENNES située au nord de la ville apparaît comme mi-citadine, mi-rurale, lorsque se construit, entre 1910 et 1913, la première partie de l'église Sainte Jeanne d'Arc qui donnera son nom à tout le quartier. Peu à peu ce quartier s'étend vers le Nord-est surtout et le besoin d'écoles plus proches du domicile des familles se fait sentir. La Congrégation de l'Immaculée de Saint Méen, présente à RENNES au pensionnat de l'Immaculée depuis 1874, soucieuse de répondre à cette attente et de contribuer à l'éducation chrétienne des jeunes entreprend la construction d'une école au milieu de champs et de prairies : pour sortir de l'établissement, il faut acheter un terrain permettant d'accéder à la rue Danton au niveau du numéro 37. La première année scolaire débute le 4 novembre 1927, les travaux n'étant achevés qu'à cette date : 42 filles dont 19 internes et 9 garçons se répartissent dans les quatre classes du bâtiment Ouest actuel, bâtiment unique à cette époque. Les effectifs croissent régulièrement, ils atteignent près de 200 élèves en 1932. « Votre école est encore très jeune, dira alors l'Archevêque de Rennes, elle commence à peine à vivre, mais je la crois appelée à un très grand avenir. Cet accroissement constant du nombre d'élèves pose bien des problèmes, les locaux sont insuffisants.

Aussi en 1933

Les travaux de terrassements commencent en vue de la construction d'un bâtiment perpendiculairement au premier.

De 1934 à 1940

Le nombre des élèves s'accroit toujours, une classe de 4e secondaire est ouverte en 1937, des cours particuliers de sténographie, dactylographie, de comptabilité sont assurés à partir de l'année scolaire 1938-39 tandis que le cours ménager se développe lui aussi.
En 1940, l'école est totalement occupée par l'armée allemande et les élèves trouvent place soit au patronage « Ste Jeanne d'Arc », soit au pensionnat de l'Immaculée, rue de la Visitation, soit, en 1943, à l'école de COESMES et à celle du THEIL de BRETAGNE. Au début de l'année scolaire 1944-45, les élèves des classes primaires reviennent dans l'établissement encore partiellement réquisitionné par l'armée américaine, puis par l'armée française. Les internes ne pourront entrer dans l'école que le 4 janvier 1945, l'effectif total est alors de 225 élèves.
La vie reprend activement et l'effectif croit au fur et à mesure des années, l'ouverture d'un Cours commercial en 1949, transformé à la demande des services rectoraux en Ecole technique en 1955, contribue grandement à cet accroissement.

En 1959

l'effectif global est de 800 élèves réparties en 22 classes et les locaux sont les mêmes qu'en 35 si ce n'est que la salle de récréation aménagée à fait place à quatre classes primaires.

En 1960

La passation des contrats avec l'Etat nécessite la construction rapide de locaux : en deux mois, décembre 1960, janvier 1961, six classes en « pré fabriqué » sont prêtes à recevoir les 135 élèves de l'Ecole technique. 1961-1962 verra l'ouverture de six autres classes pour ce secteur et deux classes pour la section enfantine.

L'ouverture des classes de l'Ecole Technique permet l'accueil d'un Bureau Commercial demandé par la Direction de l'Enseignement catholique et ouvert à toutes les écoles du diocèse.

En 1963

Une section préparatoire au Brevet Supérieur de Technicien, Secrétariat de Direction est ouverte : six élèves qui ont subi avec succès les épreuves du Brevet Supérieur d'Enseignement Commercial (B.S.E.C.) se préparent en un an au B.T.S. Secrétariat de Direction. Dès l'année suivante, deux années de préparation à cet examen seront exigées par les règlements de l'Éducation Nationale. L'examen du B.S.E.C. sera remplacé par le Baccalauréat G1, Techniques administratives, ce qui demandera la création en 1965 d'une classe de Seconde technique.

Au début de l'année scolaire 1964-1965

Les cèdres de la grande cour de récréation doivent faire place au bâtiment nouveau qui doit accueillir les classes du Cours complémentaire, les salles à manger des élèves, les chambres individuelles des internes et permettre de répondre favorablement aux demandes d'inscription dans les diverses sections.

En 1967-68

Quarante ans après la fondation, l'école Ste Jeanne d'Arc reçoit plus de mille élèves dont une centaine d'internes et plus de deux cents demi-pensionnaires. Le nombre croissant des demandes d'admission en classe de B.T.S. Secrétariat de Direction, l'ouverture d'une classe préparatoire au Brevet d'Etudes Professionnelles « Carrières sanitaires », d'une classe de B.T.S. « Economie Sociale Familiale » exigent de nouveaux locaux : à partir de 1972, une construction nouvelle recevra les étudiantes des deux Brevets de Technicien Supérieur répartis en huit classes.
Peu de temps après, une reprise des recherches en vue d'un regroupement des deux écoles « Assomption » et « Ste Jeanne d'Arc » aboutit en 1974, à une nouvelle structure pour les deux écoles et à la construction d'un dernier bâtiment destiné à l'école maternelle devenue autonome à la demande des services de l'Inspection académique.

A la rentrée scolaire 1974-75

L'école Ste Jeanne d'Arc comprend une école maternelle de quatre classes et une école primaire mixte de douze classes.
L'Ecole Technique « Jeanne d'Arc », a quatre classes de Cycle court préparant au B.E.P. « Carrières sanitaires et sociales », neuf classes de Cycle long assurant la préparation au Baccalauréat G1 « Techniques Administratives », six classes de préparation au B.T.S. « Secrétariat de Direction », deux classes de préparation au B.T.S. en Economie Sociale Familiale.

En 1978

L'Ecole « Ste Jeanne d'Arc » toute entière fête son cinquantenaire. A-t-elle bien répondu à sa mission ? A-t-elle assuré une formation intellectuelle solide à ces jeunes qui ont été « ses » élèves ? A-t-elle contribué à leur éducation globale en les aidant à donner un sens à leur vie, un sens chrétien ? II est plus facile de se féliciter des succès aux examens, succès satisfaisants dans leur ensemble, que de répondre à ces questions. Toutefois certains indices laissent espérer que tous les efforts ne sont pas perdus, que la semence est là et que les fruits apparaîtront.

En 1979

Une section préparatoire au B.T.S. « Tourisme » est ouverte. Les demandes d'admission sont nombreuses comme dans les autres sections de B.T.S. Il n'est pas possible de donner une réponse favorable à toutes les candidatures compte tenu des places disponibles mais aussi des débouchés actuels offerts aux titulaires de ces B.T.S.

L'année scolaire 1980-81

La vingt-cinquième année de fonctionnement de l'Ecole Technique « Jeanne d'Arc », désormais appelée Lycée Technique Privé « Jeanne d'Arc ».
L'établissement recevait en 1955 soixante et onze élèves réparties en quatre classes. A la rentrée 81, vingt-quatre classes accueillent 704 élèves, deux classes viennent de s'ouvrir : une en section de B.E.P. « Carrières sanitaires », l'autre en section du B.T.S. « Tourisme ».

Soeur Madeleine MAILLET

Congrégation de l'Immaculée - St Méen-Le-Grand


Histoire à suivre ……